Gestion de l'eau

    Clef verte

L' eau, c'est la vie !

Si nous avons la chance de nous trouver en Auvergne, région bien connue pour ses nombreuses sources et qualifiée de château d’eau de la France, il n’en va pas moins qu’adopter des pratiques respectueuses participe du bon sens et de l’engagement sur une planète où elle fait défaut dans de trop nombreux endroits et parce que la qualité des eaux, même dans le bassin Loire-Bretagne auquel nous appartenons, est loin d’être optimale.

 

L’ eau de notre réseau non traitée

 

Vous ne rêvez pas. Notre territoire fait partie de ces rares collectivités qui ont su préserver la ressource eau et maintenir une qualité qui peut faire des envieux. Pas de chlore ajouté, une eau douce très peu calcaire, ne présentant quasiment pas de traces de nitrates et de pesticides. Et un syndicat intercommunal indépendant (S.I.A.E.P. du Fossat) gérant minutieusement cette richesse. À une époque où l'on nous fait passer pour potable une eau du robinet devenue morte et contraire aux Lois du Vivant, nous sommes heureux d'offrir à nos hôtes une eau vivante.

 

Des toilettes sèches, tant l’eau est précieuse

 

On ne peut pas d’un côté vouloir préserver la ressource eau et de l’autre accepter d’évacuer nos fèces et urines avec une chasse d’eau qui consomme au bas mot 40 m3/an et par personne. Ana’chronique a donc fait le choix d’installer 6 toilettes sèches à litière (copeaux de bois locaux) et de transformer le tout en « or noir » via une fosse de compostage. Une attention particulière est portée aux évolutions technologiques afin de pouvoir proposer dans les prochains mois des toilettes à séparation modernes, simples d’usage et d’entretien.

 

Le choix de la phyto-épuration

 

Nous avons fait appel à l'association Eau Vivante créée par Anne Rivière (ça ne s'invente pas…), biologiste et docteur en sciences de l'environnement, pour mettre en place une station d'épuration capable de traiter toutes les eaux grises (eaux issues de la toilette, de la vaisselle et du nettoyage du linge) de notre centre de ressources [1 logement, 4 chambres d'hôtes, 1 cuisine pédagogique]. Ce sont ainsi 5 bassins successifs plantés de roseaux, iris et diverses plantes aquatiques qui épurent nos rejets. Remercions au passage l'appui du maire de notre commune de l'époque, Christian Viallis, qui n'a pas hésité à appuyer notre démarche, alors que ce type d'épuration n'était pas reconnu par les structures d'assainissement.

 

Des réserves d'eau de pluie et d'eau de source

 

Récupérer l'eau de pluie des grandes toitures de notre grange fut l'un de nos premiers investissements en installant une citerne en béton d'une capacité de 5 000 litres à proximité de nos potagers. Depuis, notre attention s'est porté sur l'eau de source. Nous avons ajouté 3 bacs répartis dans les différents jardins et redonné vie à la pièce d'eau qui avait disparu dans l'une de nos prairies. Et pour bien mettre en valeur cette ressource, nous projetons de réaliser dans notre cour un parcours d'eau avec bassins et vasques vives. A suivre donc…